GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

Elections régionales

Normandie : la division l’emporte

Depuis un peu plus de cinq ans, la région Normandie est dirigée par la droite, tout comme les cinq départements qui la composent. Un rassemblement était possible autour des urgences sociales et écologiques. Mais c’est la division qui va finalement prévaloir.

Lorsque Sébastien Jumel, député PCF, annonce en mars sa volonté de travailler au rassemblement, nous saluons son positionnement. Il s’appuie sur un sondage qui placerait une liste PCF-FI en tête des listes de gauche et revendique alors d’être la tête de liste. Le sondage peut être discuté, mais l’appel au rassemblement fait suite à l’accord à quatre conclu dans les Hauts-de-France. La France insoumise s’engage à ses côtés, tout en souhaitant un rassemblement large et notamment en direction de EELV.

La Gauche démocratique et sociale précise dans un communiqué que le rassemblement « doit être sans exclusive pour rassembler toutes les forces de la gauche et de l’écologie » et ajoute : « Ce rassemblement doit répondre aux nombreuses attentes de nos concitoyens. C’est l’enjeu de la plateforme et des mesures à proposer aux électeurs normands ».

Le Parti socialiste est alors tiraillé entre deux candidatures possibles, mais une majorité a décidé de travailler à une liste de rassemblement. C’est le Bureau national qui retiendra la candidature de la maire de Canteleu, près de Rouen.

Là où le bât blesse

Le débat sur la tête de liste va empoisonner les échanges. Plutôt que de s’asseoir à une même table et de prendre le chemin d’une liste rassemblant PS, PCF, EELV et FI avec le soutien de toute la gauche et du pôle écologiste, les discussions vont se mener de façon bilatérale. Et ces rencontres vont chuter sur un accord PS-EELV. Avec, en coulisse, des tractations sur les cantons et un point dur côté PS comme PCF sur la tête de liste.

Malgré quelques tentatives, il n’y aura pas d’accord ! Le PCF, qui compte trois députés en Seine-Maritime contre un seul au PS va finalement décider de présenter des candidats partout aux élections départementales et de se lancer avec une liste PCF-FI aux régionales.

Avec deux listes de gauche se présentant en Normandie, il y a peu d’espoirs sur la possibilité de battre Hervé Morin, l’actuel président de région. Et la situation dans les départements ne laisse pas plus d’espoirs d’y remporter une majorité alors que la certitude de regagner la Seine-Maritime semblait à portée de mains. Certes il y a le second tour. Mais le RN est en embuscade ! Et LREM peut jouer les trouble-fêtes.

Battre la droite et l’extrême droite reste l’enjeu de ces élections, mais sans dynamique populaire et citoyenne, ces élections risquent d’être marquées par une forte abstention et de nouvelles déceptions.

Cet article de notre camarade Jean-Claude Branchereau a été publié dan le dossier "élections régionales "du numéro 285 (mai 2021) de Démocratie&Socialisme, la revue de la Gauche démocratique et sociale (GDS).

Inscrivez-vous à l'infolettre de GDS

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…