GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

📰   Actualités

Pour un salaire maxima limité à 20 fois le Smic

La « peste noire », arrivée en Angleterre, en août 1348, anéantit en 14 mois un tiers de la population. La valeur de la main d’œuvre monta tandis que celle du capital baissait. L’augmentation des salaires ruraux fut estimée à 48 %. La « gentry » ne le supporta pas. Le roi Edouard III publia, le 18 juin 1350, une sorte de « code du travail » contre « la malice des servants ». « Toute personne, homme ou femme, âgée de moins de soixante ans, qui n’a aucune occupation définie, aucune fortune particulière, aucune possession foncière, devra travailler quand elle en sera requise, et accepter les gages usités en 1346 ou dans les cinq ou six années précédentes, sous peine de prison ».« Les selliers, pelletiers, corroyeurs, cordonniers, tailleurs, charpentiers, maçons, tuiliers, bateliers, charretiers et tous les artisans et ouvriers ne doivent demander que les gages de 1346, sous peine de prison ». Les salaires des manants furent bloqués par la terreur. Pas de « concurrence libre et non faussée ». Peine de mort pour celui d’en bas qui réclame un trop haut salaire en temps de crise ! Quand le travail menaça de coûter plus cher que le capital, le capital lui imposa un salaire maxima. L’inverse se fait encore attendre.

Au XXIe siècle, deux fléaux sont la spéculation bancaire et le chômage de masse. Deux redoutables pestes noires. Une bulle monétaire de 700 000 milliards d’euros. 202 millions de chômeurs, 11,09 % dans la zone euro. 878 millions d’humains souffrent de la faim. Alors que trois hommes, à eux seuls, possèdent plus que les 48 pays les plus pauvres. 1 426 milliardaires en février 2013. Un record. Leur fortune s’établit à 4 145 milliards d’euros en hausse de 17 %, deux fois le PIB de la France. Une telle disparité de richesses, c’est une forme de barbarie. Il y a forcément crime économique derrière pareille inégalité. C’est le cas en France où 500 premières familles ont gagné 271 milliards en 2011 presqu’autant que le budget de l’État. 10 % des habitants possèdent 50 % du patrimoine alors que 10 % du bas de l’échelle n’en possèdent que 1 %.

En France, le creux de la « crise des subprimes » est totalement effacé et les profits du CAC 40 ont explosé au détriment des salaires : 80,373 milliards d’euros, plus de 70 % par rapport à 2009 et 56 milliards de dividendes sont distribués à leurs actionnaires, record absolu de l’histoire de France

Sortez la crise de votre tête : jamais la France n’a été aussi riche et les richesses aussi mal redistribuées.

Si l’on prend la richesse moyenne par adulte, la France est cinquième devant les États-Unis septièmes. Elle est la première nation européenne (4e rang au monde avec 12 100 milliards de dollars) devant le Royaume-Uni et l’Allemagne. Elle a davantage de milliardaires que le reste de l’Europe : 78. Elle est le troisième pays importateur de capitaux, et le pays le plus productif en taux horaire au monde. Les quatre plus grandes banques du pays ont 8 000 milliards d’actif. Il y a 600 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux (Offshoreleaks). Les 58 multinationales « évadent » 100 milliards au Luxembourg (Luxleaks) et ne paient quasiment pas d’impôt en France. Il existe 80 milliards de fraude fiscale et le pouvoir Macron refuse de lutter contre, de faire « sauter le verrou de Bercy » qui les protège.

Les cent Français les plus riches avec 2,8 milliards d’euros, ont gagné en un an ce qu’un salarié gagnerait en 1,3 millénaire ou 300 vies de labeur. Les cinq-cent premières familles disposent de 460 milliards, une fois et demi le budget de l’État. Il y a 2,2 millions de millionnaires en France soit 9 % du total mondial. La rémunération totale des présidents du CAC 40 atteint 3,06 millions d’euros en moyenne en 2009 soit 190 fois le Smic annuel. Les patrons s’augmentent bon an mal an 10 à 100 fois plus que leurs salariés. Carlos Tavares (PSA) et Carlos Ghosn (Renault) se paient 600 Smic et n’en n’ont pas assez, ils traficotent leurs actions pour gagner plus. Idem à Airbus où les actionnaires trichent pour s’augmenter davantage.

La fameuse « crise des subprimes » n’a nui qu’aux salariés et profité qu’aux puissants. Selon le directeur du Bureau international du travail, Juan Somavia, la croissance des salaires a été amputée de 50 % : « La récession n’a pas seulement été une catastrophe pour les millions de personnes qui ont perdu leur emploi, elle a aussi affecté les salaires de ceux qui l’ont conservé ». « La stagnation des salaires fut un important élément déclencheur de la crise, elle continue d’affaiblir la reprise ».

Le Smic horaire en France a été bloqué depuis 10 ans, 5 ans sous Sarkozy, 5 ans sous Hollande, il est de 1153 euros net. Neuf millions de nos concitoyens ont moins de 900 euros. Le salaire médian est de 1 700 euros. 95 % des salaires sont inférieurs à 3 200 euros.

Et l’on ne pourrait pas fixer un plafond de revenu limité à vingt fois le Smic ? et l’on ne pourrait pas, du coup, augmenter massivement les salaires de ceux qui produisent vraiment les richesses soit 93 % de la population active ? Il ne serait pas juste de revendiquer un Smic à 1800 euros ?

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 98.24 ms init : 20.023 ms render : 77.402 ms render:sql : 22.286 ms render:next cms:element : 13.596 ms render:image : 1.692 ms render:parseValue : 22.726 ms serialize : 822.067 µs