GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

📰   Actualités Une

Je hais le racisme et je hais l’antisémitisme

J’ai fait une erreur, vendredi soir 17 novembre 2017, en fin de soirée. Par fatigue, inattention, absence de vigilance mélangées,  en fin de journée de travail, où je corrigeais les épreuves d’un livre de 750 000 signes contre la politique de Macron, destiné à paraître le 20 janvier 2018, j’ai retweeté  en annexe d’un message visant Macron, une image qui ne venait pas de moi, et dont, sur le coup, je n’avais pas perçu la nocivité.

Alerté rapidement par un proche, je l’ai revue, et découvert qu’elle n’était pas banale du tout, mais c’était un photomontage à deux niveaux, où des figures se superposaient, l’une éclairée, les autres dans le noir, ce qui en faisait un tableau aux tonalités antisémites comme l’extrême droite, par les temps actuels, sait en faire. Au point qu’ils ont su encore la faire évoluer depuis, et ont éclairé davantage l’arrière plan rendant le caractère antisémite encore plus évident.

Dés que j’ai été réveillé, alerté et que j’ai compris mon erreur, moins de 40’ après, j’ai supprimé ce re-tweet, puis j’ai assumé et clos en m’excusant publiquement.

Ceci a été fait de ma part, de façon assez rapide, claire et sans ambiguïté. « C’était une connerie ». Ma faute est réelle mais circonscrite à cela.

Personne ne peut me reprocher une quelconque complaisance avec le fond de ce tweet.

C’est un montage antisémite, dont on m’a alors appris qu’il venait d’un site d’extrême droite.

C’est un danger public, car s’il peut tromper un court temps des gens comme moi, il est susceptible d’en tromper beaucoup d’autres. La preuve c’est que si, moi, je l’ai vite enlevé, certains le reproduisent à l’envie, et font ainsi le jeu de l’extrême droite qui a conçu ce piège.

Alors que sans doute peu de gens étaient allés sur ma tweet liste au cours des 40’ de vendredi soir, depuis, voilà que d’autres malintentionnés ou naïfs lui font une publicité. Dont une grande partie des gros médias de mauvaise foi.

Je hais le racisme et je hais l’antisémitisme,  de toute ma vie, hier comme aujourd’hui. Je suis un militant depuis  plus de 50 ans, contre ces maux. Je n’ai pas raté, pendants des décennies, une action, une affiche, un tract, un défilé, un concert, j’ai contribué avec énergie  à d’immenses manifestations,

Je suis un des co-fondateurs de SOS racisme, J’ai défendu chaque fois que possible nos frères immigrés,  Je suis de toutes les fibres de mon corps,  internationaliste. Un passionné de la fraternité, de l’égalité. Et quand il s’agit de la question juive, pour mille raisons intimes et personnelles que je ne raconte pas ici, je suis juif de coeur au moindre risque d’oppression.

Je n’ai pas à être défensif sur ce sujet, tout ceux, très nombreux, qui me connaissent, savent que je suis un combattant de toujours, obstiné, confirmé, contre toutes les formes de racisme.

Ceux qui ne le savent pas, ont, certes, été choqués, je le comprends, par le re-tweet et ce montage que j’ai maladroitement mais brièvement reproduit.

Mais une fois que les circonstances sont expliquées, si on se charge de les éclairer et de les informer sur la vérité, ils comprennent.  Avec tous ces gens qui ont bien compris ce qui s’est passé, je demande de tourner la page,  pour sortir en confiance de l’épreuve.

Il y a déjà des débats, périlleux, entre Charlie Hebdo et Médiapart.  C’est de l’intérêt de la gauche entière, de ne pas alimenter des querelles que nous pouvons éviter et qui nous détournent de nos vrais et terribles ennemis, les racistes et antisémites, et nos exploiteurs, liés à la droite et à l’extrême droite.

Nous avons d’autres enjeux, affronter et battre Macron dans son travail de destruction de 100 ans de notre droit du travail, défendre notre protection sociale telle qu’elle existait depuis 1945 et en voie d’être abolie,  nous battre pour nos salaires contre la hausse spectaculaire des dividendes et des fraudes de la finance, en faisant  face aux campagnes d’intimidation, de dénigrement, d’insultes en provenance de l’Elysée.

Nous avons, pour cela, besoin d’une gauche unie, d’une coordination de toutes les forces capables et déterminées à résister et à gagner.

Gérard Filoche.

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 85.571 ms init : 20.197 ms render : 64.525 ms render:sql : 18.89 ms render:next cms:element : 14.09 ms render:image : 1.86 ms render:parseValue : 14.949 ms serialize : 857.83 µs