GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

L'infolettre Une

Faire entendre une voix unitaire à gauche

Bruno Lemaire, ministre de l’économie, le répète à l’envi : « il faudra une réforme des retraites » tout en répétant un mensonge : « nous sommes le pays développé qui travaille le moins ». Archi-faux, car le temps de travail effectif par salarié est inférieur en Allemagne, au Danemark, aux Pays-Bas…Alors que la pauvreté explose en France, Lemaire n’hésite pas à provoquer en ajoutant que « nous sommes le pays qui a le système de protection sociale qui est parmi les plus généreux ». Prenons au sérieux les menaces macronistes.

Une autre répartition des richesses

Pourtant le gouvernement le sait : la colère sociale couve toujours. Certains se gavent pendant que d’autres souffrent de la crise : cela répand à juste titre un sentiment d’injustice. Nombre de jeunes expriment leur désespoir : c’est aussi source d’inquiétude pour la classe dominante. Travaillons à transformer la grogne sociale en mouvements revendicatifs pour une autre répartition des richesses, un revenu décent pour toutes et tous, et une baisse du temps de travail. Oui, c’est une relance salariale qui est à l’ordre du jour ! Depuis une trentaine d’années, sous couvert de « modération salariale », le blocage des salaires n’a que trop duré. Les milliards exfiltrés au Luxembourg par nombre d’entreprises sont un scandale : l’argent existe, les salariés doivent enfin recevoir la part qu’ils méritent des richesses qu’ils produisent !

Droite et extrême-droite, la fausse alternative

 Le meilleur moyen pour Macron et sa bande d’anesthésier le mouvement social, c’est d’imposer l’idée qu’il n’y a pas d’alternative à sa politique. C’est ce qui explique la mise en valeur de Le Pen par le macronisme, Darmanin accusant même la dirigeante du RN de « mollesse » lors de leur face à face télévisé. Droite-extrême droite ce serait la seule alternance possible ! En Italie, l’extrême-droite vient de rentrer à nouveau au gouvernement, ce serait une erreur de penser que la France est à l’abri de ce danger. Avec la loi Sécurité globale et celle sur le « séparatisme », Macron marche sur les plates-bandes de l’extrême-droite, exacerbe les tensions sans chercher à résoudre les problèmes réels du pays.

Les axes d’un contrat de législature

Aucune formation de gauche n’est en capacité aujourd’hui à affronter seule le duo Macron-Le Pen (*). Construire l’alternative en rassemblant les gauches sociales, écologiques et citoyennes est possible à condition d’ouvrir le chantier du programme. Quels sont les axes d’un contrat de législature répondant aux exigences sociales, écologiques et démocratiques ? Il faut sans plus tarder commencer la discussion avec toutes celles et tous ceux qui agissent dans les associations et les syndicats. De nombreux appels citoyens, à l’exemple de « 2022 (vraiment) en commun » posent la  question en appelant au rassemblement. Les formations politiques doivent y répondre. La Gauche démocratique et sociale (GDS) entend participer pleinement à ce débat. Il est temps de faire entendre une voix unitaire à gauche !

(*) Lettre ouverte à la gauche

Inscrivez-vous à l'infolettre de GDS

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…