STOP aux atteintes aux libertés ouvrières et syndicales dans le groupe PSA
6 juillet 2017
Le contrat contre la loi : Canal + ou canaille plus ?
12 juillet 2017

Reconstruire la gauche en s’opposant à Macron

Edito de la Lettre de Démocratie & Socialisme N°301 - 6 juillet 2017

Que retenir des discours de Macron devant le Congrès, et de Philippe devant l’Assemblée nationale ? Un projet de réforme institutionnelle aux contours encore un peu flou et un catalogue de mesures dans un cadre budgétaire d’austérité réaffirmée : baisse de la dépense publique de trois points de PIB sur cinq ans (moins 60 milliards)…

Édito de la Lettre de Démocratie & Socialisme N°301 – 6 juillet 2017

Que retenir des discours de Macron devant le Congrès, et de Philippe devant l’Assemblée nationale ? Un projet de réforme institutionnelle aux contours encore un peu flou et un catalogue de mesures dans un cadre budgétaire d’austérité réaffirmée : baisse de la dépense publique de trois points de PIB sur cinq ans (moins 60 milliards). L’objectif annoncé est bien de faire reculer l’importance du secteur public dans notre pays. Quant à la grande mesure de campagne de Macron, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des foyers, elle est remise à plus tard. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. En revanche, la hausse de la CSG, c’est pour tout de suite. Avec la suppression des cotisations sociales chômage et maladie pour les salariés du privé, c’est un transfert des entreprises vers les ménages qui fragilise un peu plus notre protection sociale.

Une abstention qui condamne le PS à la marginalisation

Alors que le PS affirme qu’il sera dans l’opposition à Macron, son groupe parlementaire par la bouche d’Olivier Faure a défendu un vote d’abstention sur la confiance demandée par le Premier Ministre. Seulement 5 députés socialistes ont voté contre la confiance à ce gouvernement. 23 se sont abstenus et il y a en a eu même 3 qui ont voté pour ! Dans sa déclaration, Olivier Faure a déclaré : « Monsieur le premier ministre, nous partageons nombre de vos objectifs » ! Avec de tels « opposants » Macron n’a qu’à bien se tenir, il en frémit déjà !

Ces « courageux » députés socialistes, vont-ils s’abstenir aussi sur la suppression des CHSCT, sur le recul de l’état de droit dans les entreprises, le droit du licenciement, sur la « barêmisation » des indemnités prud’hommes pour protéger les patrons délinquants et les licenciements abusifs, sur les plans sociaux déclenchés à partir de 30 salariés au lieu de 10 ? Qui peut s’abstenir en se disant socialiste, devant cette contre-révolution qui vise à mettre à bas ce qui reste des « jours heureux » du programme du CNR, de la Résistance ?

La vérité c’est qu’Olivier Faure et ses camarades viennent de se tirer une balle dans le pied. Ils condamnent le PS à la marginalisation. Il n’y a pas de fatalité à ce que les militants socialistes se laissent entraîner dans l’abime sans réagir.

Rassembler les opposants de gauche à Macron

Des initiatives se construisent dès-à-présent face la nouvelle attaque contre le droit du travail. Appel pour « un code du travail protecteur pour les salarié.e.s », rassemblements au moment où le débats sur les ordonnances commencera à l’assemblée : autant d’initiatives préparant une riposte plus forte à la rentrée, autant d’initiatives auxquelles les militant.e.s du réseau de la Gauche démocratique et sociale (GDS) sont partie prenante.

Réussir les mobilisations en défense du droit du travail nécessite l’unité la plus large dans l’action. Pour reconstruire la gauche, il faut aussi travailler au rassemblement des opposants de gauche à Macron et ouvrir ainsi la perspective d’une coalition de la gauche démocratique, sociale, écologiste. Des cadres ouverts de débat et d’action doivent être mis sur pied tant au plan local qu’au niveau national. Rompre avec toute démarche autour d’un homme providentiel et respecter toutes les sensibilités de la gauche sont nécessaires si l’on veut vraiment construire une offre politique nouvelle.