{"systempay":{"fname":"","lname":"","address":"","zip":"","city":"","country":"FR","email":"","prix":40}}

GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

Gauche Démocratique & Sociale

Il n'y a pas d'affaire Benalla, mais une affaire Macron

C’était prévisible. Arrivé là « par effraction », créé artificiellement par les magnats des gros médias, le Medef, le Cac 40 et les banques, sans parti et sans base sociale réelle, Macron avait les pieds d’argile.

Tout était résumé dans son choix de se dire jupitérien, un pouvoir personnel arbitraire au-dessus de tout : la 5ème République dans ses pires travers. Chargé de la colossale mission « thatchérienne » de créer une société post-salariale sans statut, de casser la SNCF et les services publics, de supprimer la Sécurité sociale et la retraite liée au salaire, ce Jupiter devait inévitablement déraper à la moindre occasion.

C’est son fantasme de toute puissance qui a explosé quand il a voulu renforcer les pouvoirs discrétionnaires de la 5ème République avec moins de députés et davantage d’autorité, y compris policière, dont il a abusé contre les salariés en grève, contre les cheminots, les postiers, les étudiants, les lycéens, et lorsqu’il a envisagé et commencé à faire fonctionner un corps spécial, sorte de garde présidentielle adaptée à ses mœurs  et ambitions.

L’affaire Benalla-Craze-Mizerski et Cie fait exploser en plein vol le système Macron et donne l’occasion de le remettre au pas.

- Clarté et transparence : contrôle public du Parlement, de ses instances, des corps intermédiaires, des tribunaux avec des jugements et des sanctions  à hauteur de la gravité des faits.  Démission de tous les responsables impliqués.

- Cela suffit les impunités, après l’affaire Cahuzac, et à l’heure de l’affaire Urvoas-Solère qui devrait exploser elle aussi.

-Disons stop au coup de force de la révision constitutionnelle pour concentrer les pouvoirs, dont on voit à l’œuvre ce que cela donne avec Benalla.

-Imposons, au contraire, une marche à une 6ème République sociale, parlementaire, démocratique, transparente.

-Sinon, ce sera la continuation du quinquennat dans un sens autoritaire, réactionnaire et anti-social. La France n’a pas à subir encore 4  ans ces orientations et pratiques qui vont avec. La question de la destitution de Macron est posée. A la représentation nationale, de décider s'il faut faire usage de l'article 60 de la Constitution.

La responsabilité des forces de gauche est grande dans une telle situation. Reconstruire une alternative de gauche majoritaire est plus que jamais urgent. Il faut en finir avec la fragmentation actuelle de la gauche à un moment où le pouvoir macronien vacille.

 

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 85.042 ms init : 21.632 ms render : 62.596 ms render:sql : 16.6 ms render:next cms:element : 14.496 ms render:image : 1.927 ms render:parseValue : 15.407 ms serialize : 821.114 µs