13 avril 2017

5% de CDD maximum dans les entreprises

Le CDI doit redevenir la norme dans les entreprises. Sécuriser le contrat de travail est la clé d’une économie développée qui respecte les salariés.


Lire la suite
13 avril 2017

6ème République sociale, écologique et démocratique

Nous savons depuis Jean Jaurès, que « la République politique doit aboutirà la République sociale ». Cette « République sociale » refuse de laisser l’économie aux seules mains des intérêts privés, libres d’imposer leur loi aux dépens du suffrage universel. C’est la politique qui dirige l’économie et non l’inverse.

​Toutes les activités essentielles du pays doivent devenir transparentes et contrôlées par les salariés, les citoyens. Contre la main invisible du marché la démocratie doit s’imposer.

​Avec cette République sociale, répondre à l’aspiration à la liberté, à commencer par la liberté d’expression

​Cette liberté d’expression, il faut la défendre contre les puissances financières qui possèdent les principaux médias et imposent, en fonction de leurs intérêts, « une pensée unique » dominante. Des mesures concrètes et contraignantes seront prises pour assurer le pluralisme.

​Avec cette République sociale,


Lire la suite
13 avril 2017

32 heures de travail par semaine

Le chômage touche aujourd’hui plus de 9 millions de personne en France : 6,5 millions de demandeurs d’emploi inscrits dans les 5 catégories de Pôle emploi ; 1,7 millions de personnes touchées par le « chômage technique » ; plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont perdu tout espoir de trouver un travail.

​Les « remèdes » des néolibéraux ont tous échoué

​Le « théorème » du chancelier socialiste allemand Helmut Schmidt Énoncé en 1974, ce « théorème » a servi de base à toutes les politiques néolibérales menées depuis la fin des années 1970 : « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain ». La mise en œuvre de ce « théorème » a, certes, permis aux profits de retrouver leur niveau d’avant la crise de 1974-1975 mais les investissements ont stagné et le chômage en France a été multiplié par 3 !


Lire la suite
13 avril 2017

60 ans le départ à la retraite

L’ordonnance de 1983, adoptée par le gouvernement de Pierre Mauroy, fixait l’âge légal du départ en retraite à 60 ans.

 La loi Sarkozy de 2010 a reculé cet âge légal à 62 ans.

​La loi Hollande de 2014 a augmenté de 6 trimestres, progressivement, à partir de 2020, la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

Le montant des retraites ne cesse de diminuer

​Le nombre de trimestres pour bénéficier d’une retraite à taux plein est de plus en plus difficile à atteindre. Le montant des retraites ne pourra donc que diminuer, malgré les affirmations de Nicolas Sarkozy et de François Hollande.

​Au fil des années, la grande majorité des retraités n’aura plus les moyens de vivre décemment.

La biologie du corps humain n’a pas changé

​L’espérance de vie après 60 ans a augmenté,


Lire la suite
13 avril 2017

30% d’énergies renouvelables d’ici 2022

L’investissement public

​La situation de l’économie européenne est dramatique : stagnation persistante et risque de déflation. Dans un tel contexte, réduire les dépenses publiques ne peut que nous plonger dans le marasme.

​Les entreprises privées sont, dans une telle conjoncture, incapables de créer des débouchés à leur propre production. Seule la puissance publique peut rompre ce cercle vicieux en investissant massivement, en créant des emplois publics. La demande augmentera et les entreprises privées se mettront alors, et alors seulement, à investir et créer des emplois parce que leurs carnets de commandes se rempliront.

​La question du retour d’entreprises dans le secteur public, de leur nationalisation ou socialisation sera examinée en fonction de son intérêt pour le développement économique, la satisfaction de besoins humains, sociaux, écologiques.

​Les effets du réchauffement climatique se feront pleinement sentir dans 50 ans,


Lire la suite
13 avril 2017

20 fois le SMIC pour le salaire maximum

Il n’y a pas une année sans scandale de rémunérations indécentes des dirigeants d’entreprise alors que l’austérité est imposée à 99 % de la population. Il y a eu les retraites chapeaux, il y a eu les stock-options, il y a maintenant les rémunérations délirantes des dirigeants des entreprises du CAC 40.

​A chaque nouveau scandale des mesures sont promises. A chaque fois il faut se plier à des règles fixées par les entreprises elles-mêmes. Il est temps que la puissance publique reprenne sérieusement la main !

Des rémunérations indécentes

​Le total des salaires des patrons du CAC 40 s’élève à 93,6 millions en salaire fixe et variable en 2015. Soit une moyenne de 2,34 millions chacun ! Un peu plus de 134 Smic ! Si l’on regarde d’un peu plus près ce que gagnent réellement les dirigeants du CAC 40,


Lire la suite
13 avril 2017

1800 € par mois le SMIC brut

Pourquoi un smic brut à 1800€ ?

​Smic brut à 1 800 € par mois pour un travail à temps plein et donc un Smic net de  1 386 € par mois.

Aujourd’hui, le Smic brut s’élève à 1 467 € par mois : il augmentera donc de 333 € d’ici la fin du quinquennat avec une première hausse de 10 %, dès 2017. Aujourd’hui, le Smic net s’élève à 1 129 € par mois : il augmentera donc de 257 € d’ici la fin du quinquennat avec une première hausse de 10 %, dès 2017.

​Constatation

​Le Smic n’a pas eu de coup de pouce depuis 10 ans, à l’exception de celui, dérisoire, de 0,6 % au 1er juillet 2012 : 6,46 € par mois et l’équivalent de moins de deux baguettes de pain par semaine.


Lire la suite